[Hôtel le Ballu]

Début juillet a eu lieu l’ouverture de l’hôtel le Ballu dans le quartier de la Nouvelle-Athènes.

 

Les numéros 28 et 30 de la rue Ballu furent une page blanche pour Thomas Vidalenc, l’architecte à l’origine de la restructuration des lieux mais également du projet, aux côtés de son épouse hôtelière Julia Vidalenc.

 

Dès l’entrée, un plafonnier tubulaire moderniste d’inspiration ‘planétarium’, spécialement dessiné par l’agence Vidalenc Architectes, comme de nombreuses pièces de l’établissement. D’autres pièces, chaises, lampes ou tabourets, ont été importées d’Europe de l’Est.

 

Au Ballu, on pénètre par le restaurant, véritable cœur d’un établissement conçu comme un lieu de vie. À cet espace d’une quarantaine de couverts, on peut préférer le jardin (quarante couverts également) dont la conception et le choix des essences suivent poétiquement l’évolution des saisons.

Petit-déjeuner, déjeuner, diner ou bureau improvisé, il est possible de s’y installer à toute heure et d’y déguster une cuisine néo-bistrot.

 

L’hôtel compte 37 chambres, dont 2 suites et 5 junior suites. Nombreuses d’entre elles possèdent également une belle terrasse et toutes (bien qu’aucune d’entre elles ne soit semblable) font leur esprit de la ligne claire, mouvement de bande dessinée des années 70. Des détails, telles les trames de bois courant des sols aux murs, rappellent ce mouvement, caractérisé par un trait d’encre d’épaisseur constante, isolant chaque élément en une cellule colorée.

 

À moins que l’on ne choisisse de passer un moment au spa, cet espace équipé d’une piscine, d’un sauna et d’une salle de massage dont le design fait parfois penser à la Russie des 60’s.

 

Hôtel le Ballu , 30 rue Ballu, 75009 Paris